Articles

Un joli projet de 70 maquettes de réacteur nucléaire. Cuves et couvercles ont été coulés séparément en aluminium. Moulage au sable. Après ébavurage et micro-billage le tout a été monté sur un socle en bois de sipo réalisé par Vexin menuiserie Concept.

Etant donné la quantité à produire, j’ai utilisé la technique du châssis démontable: les moules en sable ne sont plus entourés de leurs frettes en bois lors de la coulée. On parle alors de moulage en mottes. L’assemblage vissé entre le socle et la cuve est permis par un écrou pris dans l’aluminium à la coulée formant insert. Comme souvent le modèle est issu de la « chaine numérique » conception + impression 3D.

 

La fonderie participe à la fabrication de machine à voyager dans le temps! Plus précisément il s’agit de réaliser des prototypes et pré-séries de carters en aluminium pour la société Timescope.

Borne Timescope

Timescope

La plus-part des gents qui passent à la fonderie pour y fondre des sculptures sont un peu étonnés, voire déçus lorsque je leur annonce que ma spécialité est le moulage sable plutôt que la cire perdue. « Au sable! c’est pas comme ça la Fonderie d’Art » mes aïeux que de conformisme, et de mé-connaissance de l’histoire de la fonderie. Car si le dogme actuel est au moule élastomère, nos ancêtres se passaient bien de silicone RTV. Oui, des pièces complexes c’est faisable en fonderie sable, et même mieux: c’est plus rapide et moins couteux si on souhaite un tirage unique. La preuve avec un projet de Mounir Chaïbi Sefseri. 7 noyaux, 9 heure de moulage (j’étais pas en forme). Je n’ai pas encore la photo de la pièce finie qui est chez l’artiste, voici le brut et les opérations de moulage:

Avant de commencer le châssis supérieur

Moule(rouge) et modèle(noir) – les noyaux (blanc) forme l’intrados de la volute

NB: les initiés reconnaîtrons les lieux

Piédestal

Crédit Photo : David Renaut

Collaboration avec l’artiste Mounir Chaïbi :  le corps froissé. Aluminium AS7G moulé et coulé à la Fonderie de la Côte avec la technique du modèle perdu.

mounir

Visage craquelé – Mounir Chaïbi – aluminium AS7G

 

Stefano est en train de restaurer un moteur de motocyclette, mais des pièces sont manquantes. Il s’agit de caches soupapes, sorte de bagues munies de bossages, en aluminium.  Pour obtenir les reproductions en « bonne matière » Stefano me fournit un tirage résine de la pièce. Auparavant des essais avec des tirages plâtre ont été infructueux. En effet les épaisseurs de paroi sont fines et la pièce ne comporte pas de dépouille. De plus le plan de joint est assez compliqué. Même avec le tirage résine, le résultat n’est pas satisfaisant car au démoulage il se produit invariablement beaucoup d’arrachements de sable.

couche1

Modèle résine et pièce

Dans ces conditions le fondeur pense tout de suite: cire perdue. Qu’a cela ne tienne!

Lire la suite

Robert Robert 1

La faute de français est, pour une fois, délibérée… Robert chasse dans un grand domaine normand. Une allée de bois, ou « ligne », est grâce à cette plaque baptisée en son honneur.

Notre projet au long cours, depuis 6 mois avec ma compagne, enfin terminé et livré au service de la cérémonie du plus beau mariage qu’il m’a été donnée de connaitre (pour l’instant ^_^).

pergola 12

Voici quelques photos qui retrace l’histoire de ce projet :

pergo100 pergo101

pergola 1pergola 2pergola 4pergola 6pergola 7pergola 8pergola xpergola 11
pergola 13

  • Matériel et conseils avisés du maitre ferronnier : David
  • Design, vitrail et ferronnerie : Charlotte
  • Conception fonctionnel, fonderie et ferronnerie : Alexandre

 

Merci David, bravo Charlotte, et vivent les mariés !!

Les Arts et Métiers sont pétris de traditions… l’une d’entre elles consiste pour la promotion quittant l’Ecole à réaliser une clef ouvragée, à taille humaine, fruit du travail de toute la « Prom’s ». C’est la Clef d’Ex. Elle symbolise la clef de l’Ecole transmise à la promotion suivante qui en prend ainsi la responsabilité, ainsi que celle de transmettre les Traditions.

Voici la clef réalisée par ma promotion clef1

Un bon résumé de cette tradition est disponible ici.

Une autre tradition, dérivée de cette première, consiste à fabriquer des miniatures de la Clef d’Ex pour chaque membre de la Prom’s. Ainsi chacun peut emporter avec lui le souvenir matérialisé des bons moments passés ensemble à « usiner » la Clef. Après le pourquoi, le comment :

Ca commence par une définition 3D et une impression de même dimension. Comme souvent, c’est Guillaume et Jérome qui gèrent. Format pendentif, grande longueur = 80mm

clef30

Avant toute chose, afin de valider la faisabilité de la chose et le bon dessein du modèle, on procède à un moulage et une coulée proto.

clef2

Le châssis n’étant pas pourvu de moyen de guidage, j’utilise la techniques des faux goujons. Cela consiste à prendre dans la masse de sable des pièces mâles et femelles qui vont aider à remmouler le moule avec précision. Le mauvais calage entre le dessus et le dessous lors de la fermeture (remmoulage) s’appel la « variation » C’est un défaut souvent rédhibitoire. Dans notre cas la pièce est entièrement dans le moule du dessous, donc pas de variation possible. Il faut cependant que la descente de coulée arrive au bon emplacement. Le proto est bien sortie, maintenant la série.

Nous sommes en petite série, d’une pièce nécessitant un haut niveau de précision mais de moulage simple. Nous adoptons le procédé moulage sable, avec plaque modèle.

clef3

La plaque de gauche est constituée de 6 impressions de la clef disposées autour d’un chenal central. Elle permettra de fabriquer le moule du dessous. En effet les meilleurs détails s’obtiennent dans les empreintes inférieures car d’une part les crasses du métal ont tendance à surnager et donc à se retrouver en plafond de moule; d’autre part la pression métalostatique est plus importante ce qui aide le métal a épouser les détails. C’est particulièrement vrai dans le cas de l’aluminium qui a une grande tension superficielle. La plaque de gauche sert à fabriquer le dessus constitué du chenal, du pied de coulée et de l’emplacement des évents. Les plaques sont pourvues de broches de guidage qui permettent un démoulage sans casse.

clef6

Avec ce système on fabrique un moule en 20min ce qui nous a permis de couler 126 clefs en une journée avec seulement deux rebuts! Cependant certaines ont demandé un peu d’ébavurage, et pour ça Jérome mérite bien sa Médaille car c’est lui qui s’est collé à la tâche.clef4

clef5

clef47

Merci à mes deux compères de fonderie pour ce projet piston.

Les ingénieurs Matériaux ne le répètent jamais assez : 80% des ruptures d’un matériau en service sont dues à la fatigue. La fatigue c’est quoi ? C’est lorsque qu’une pièce est soumise à une sollicitation périodique et inférieure à sa contrainte maximale admissible. Pour faire simple : tirez une fois sur la poignée, elle tient le coup, tirez 10000 fois…   Cette pauvre espagnolette en a fait les frais :

Crémone0

espagnolette dans sa fausse partie en sable – la partie cassée est en haut

Je commence à l’aide d’argile par reconstituer la forme de la partie cassée, directement sur la pièce:
Crémone01

Sur les prises de vue suivantes la réparation n’est pas présente, il s’agit en fait de différents moulages, pour celui-ci, j’ai directement taillé dans le sable l’empreinte de la partie à reconstituer. Les deux techniques se valent.

On attaque la partie moulage à proprement parler. La géométrie de la pièce nécessite une fausse partie car le plan de joint est gauche. De plus la pièce ne démoule pas, j’utilise donc un noyau de paroi, aussi nommé « motte battue »
Crémone1

Je moule ensuite ce qui deviendra le dessous.Crémone2

A gauche la fausse partie – à droite le dessous avec le modèle et le noyau

Il ne reste plus qu’à mouler le dessus, et remmouler la motte battue dans le dessous. On taille le système de coulée et après c’est un peu toujours la même histoire.Crémone4

La pièce originale, issue d’un château de marquis (d’où la couronne) du XVIIIème, était en fonte. Pour le proto, je coule la pièce en AlSi7Mg03, un alliage d’aluminium qui atteint de bonnes propriétés mécaniques après traitement thermique. Crémone5
Il ne reste plus qu’à usiner l’alésage dans la partie restaurée. La suite? L’achat d’un creuset en SiC (carbure de silicium) devrait me permettre de couler de la fonte, si toutefois le four monte assez haut en température… suspens. En attendant, l’usage montrera si l’alliage d’aluminium tient la route.